Attention, cet article contient des mots mal élevés, je vous prie de ne pas le lire si vous craignez d’être importuné-es.

Dire des gros mots diminue la saloperie de douleur.

Quand on se fait mal, on a tendance à balancer plein de gros mots. Et bien il semblerait que ce soit utile… pour atténuer la douleur justement.
Le phénomène n’est pas bien compris, mais les chercheurs avancent une explication: dire des gros mots entraîne une émotion négative (peur, stress) et dans ce cas le corps envoie une décharge d’adrénaline. L’adrénaline augmente le rythme du cœur et prépare les muscles à entrer en action: pour fuir (ou se battre, au choix) et elle a un effet anti-douleur.

Dire des gros mots ça rend fort bordel !

D’après une étude rapportée dans Astrapi, dire des gros mots rendrait plus costaud. Vous allez me dire, espèce d’abruti, Astrapi, c’est pas fiable. Ce à quoi je vous répondrai, grosse raclure, effectivement.
En fait l’étude vient  toujours de la même équipe de l’université de Keele (Angleterre), comme ce que je vous racontais plus haut (faut suivre, bande de moules), ce qui n’est pas tout à fait une revue pour les chiards.
Dire des gros mots serait utile lors d’un effort physique: l ‘explication n’est pas certaine mais on en reviendrait à l’adrénaline libérée dans le corps ?

Les gens intelligents disent plus de gros mots de ta mère.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire. Le fait d’utiliser des gros mots prouvent une grande richesse de vocabulaire, mais il faut savoir user de différentes expressions variées, si tu dis toujours le même c’est pas top, grosse patate pourrie.

Et puis, ça fait du bien, putain de merde !

Et oui rien que pour ça, faut pas s’en priver… mais faut contrôler: pas devant mamie (pas derrière non plus), pas dans la classe, pas en entretien d’embauche, pas quand tu es président de la république.
Et puis il ne faut pas confondre dire des gros mots (jurer) et insulter une personne (ça c’est pas cool)
SOURCES

douleur, intelligence  Richard Stephens  article en anglais
force et gros mots: article les échos (d’après les etudes de Richard Stephens)

Bonus